Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2011-02-05T14:10:00+01:00

Des p'tits trous, des p'tits trous, encore des p'tits trous...

Publié par Catherine

Fidèle lecteur-trice, tu n'auras pas été sans remarquer une absence prolongée. Tu as failli abandonner ton poste en te disant "Mais combien de temps ça va durer cette fois?!"

 

Mais j'ai une bonne excuse (et un mot signé de papa Korrigan).

Si si.

Regarde donc le message précédent fidèle lecteur-trice.

J'y parlais du second round de la gastro-vomito...

 

Et bien la gastro-vomito gagna cette manche et nous mit KO grâce à sa botte secrète : l'APPENDICITE!

 

Point de gastro vomito en ce 4 janvier, lendemain de rentrée de 2011.

 

Maman Korrigane (comprendre moi, peu fidèle bloggeuse) finit par trouver inquiétant de trouver Grande Korrigane vomir vomir vomir et ne point bouger de son canapé...

RDV était déjà pris pour 16h45 en ce 4 janvier chez la toubiba. Ce qui voulait dire, dans le meilleur des cas, un passage à 17h15. Soit.

 

Mais ne voyant pas les vomissements s'estomper malgré la diète, je commençai à m'inquiéter un peu. Juste un peu. D'abord.

Je commençai alors à chercher sur la toile (pas bien!!!!).

 

Puis vint (enfin) LA question :

"Mais tu as mal quelque part?

_ Oui, au ventre.

_ (désespérée) Où ça au ventre?

_ Un peu partout."

Soulagement si c'est un peu partout.

Mais souvenir aussi d'un certaine maman Korrigane qui commença son appendicite avec des douleurs à gauche... Donc, l'appendicite, ça irradie...

 

Tape tape tape... Google est mon ami. Je cherche encore sur internet (pas bien!!!!!!!!!!!!) en même temps que j'envoie un petit SMS à Monsieur Korrigan.

 

L'appendicite peut (tout est dans le PEUT) donner des nausées, des douleurs, des vomissements et une fièvre modérée entre 37,8 et 38,2.

Thermomètre mon ami??? GOSH! 37,8.

 

Je te cache, fidèle lecteur-trice, la batterie de vulgarité et de noms d'oiseaux qui me passa à cet instant précis par la tête.

Papa Korrigan menvoya à ce même moment un petit message, du plus profond de la réunion où il était coincé "Attention à l'appendicite".

Bigre... Je ne suis donc pas la seule à y penser.

Une seule solution :

"Allo Papa?

_ Oui ma chérie?

_ J'ai besoin de toi. Je suis inquiète..."

 

Et papy-rillettes, qui est surtout, dans le cas présent, mon papa-docteur, m'indiqua la marche à suivre pour savoir si oui ou non il y avait une suspicion un peu plus forte d'appendicite...

A savoir, plier la môme en deux, une main bien levée ver le haut de la tête et on appuie sur le ventre (là, c'est la version rapide, mais papy-rillettes me donna moults détails dont mon cerveau submergé ne voulut pas garder trace).

 

Sauf que rien qu'à vouloir plier la Korrigane en deux, elle pleura.

 

Qui dont partit aussi vite que possible (c'est à dire au bas mot 30 minutes plus tard) vers les Urgences???

 

Oui oui. Maman et Grande Korrigane en larmes (qui peina à enfiler ses chaussures).

 

 

 

Et c'est ainsi que vers 15h nous arrivâmes à notre clinique habituelle (ils ont encore refusé de nous faire une carte de fidélité).

Grande Korrigane avait encore vomi sur le chemin, elle était bien patraque mais ne bronchait pas.

L'infirmière fut bien étonnée de nous voir arriver sans l'avis d'un médecin (j'avais péalablement annulé le RDV, quand même) mais soit.

 

Grande Korrigane eut droit à une prise de sang, sans broncher encore.

Palpation du bidon par le médecin des urgences.

Le médecin nous dit bien alors que oui, ça lui fait bien penser à une appendicite. Mais sans certitude. Grande Korrigane ne semble pas souffrir tant que ça.

 

Il nous envoie faire une écho.

Promenade en fauteuil dans les couloirs.

Echo par un médecin très consciencieux, mais qui ne trouve rien, sinon un appendice normal.

Radio : normale.

 

De retour dans la salle d'attente, nouveau vomissement, le septième quand même.

L'infirmière fait faire une bandelette urinaire : pas d'infection.

Il est déjà 19h. Grande Korrigane commence à pleurer de fatigue. Ses nerfs sont usés, son corps la trahit. Elle ne parle pourtant toujours pas de sa douleur.

Mais je ne suis pas dupe, je vois bien qu'elle ne change jamais de position...

 

19h30, on voit le chirurgien digestif.

Il envisage soit une appendicite, soit une virose car ses globules blancs sont très élevés. Mais ne peut se prononcer au vu de l'échographie.

Il sait qu'il n'a plus trop de place dans son service, mais les infirmières sont en train d'esayer de trouver un lit quand même parce que sinon, il doit nous transférer dans un autre hôpital où il n'est pas certain qu'ils gardent notre fille en observation.

 

OUF. C'est bon, il a un lit.

Il garde notre Grande Korrigane en observation pour la nuit et nous prévient qu'en l'absence d'une amélioration flagrante, il opèrera le lendemain matin, pour le cas où...

 

Grande Korrigane se voit offrirune compote et à boire à 20h30. On se dit donc "trop chouette, s'ils la laissent manger, c'est qu'ils ne pensent pas l'opérer". Optimiste utopiste que nous sommes.

 

Je reste pour la nuit avec elle. papa Korrigane rentre à la maison avec la Petite Korrigane. il a posé sa journée du lendemain. Personne n'ira travailler (quelle dommage, je suis obligée de louper une réunion...)

 

Pendant la nuit, Grande Korrigane ne bouge toujours pas, pas plus qu'elle ne se plaint, mais elle a quand même mal. Elle a soif, les infirmiers l'autorisent donc à boire.

 

Et à 6h du matin (ça démarre tôt la journée à l'hôpital), "Plus rien à boire ni à manger, au cas où il y aurait une intervention."

 

Quand le médecin passe à 8h, il palpe le ventre. Il voit toujours un petit réflexe de défense de la part de notre Grande Korrigane même si la douleur reste diffuse. Il décide d'opérer. Bien sûr, il a fallu gérer les larmes provoquées par cette annonce. Surtout qu'on ne sait même pas si le médecin va trouver quelque chose en opérant.

 

Il nous prévient déjà qu'il va opérer par coelioscopie.

Petit trou numéro 1, au nombril : servira à insérer la caméra pour voir ce qui se passe à l'intérieur.

Petit trou numéro 2, en bas à gauche, servira à insérer du gaz dans l'abdomen pour le gonfler.

Petit trou numéro 3, en bas à droite, servira à entrer les instruments et à enlever ce qu'il faut enlever.

220px-Laparoscopic_Hand_Instruments_001_JPN.jpg

 

Bien évidemment, le résultat sera fonction de ce que le chirurgien trouvera. Si c'est beau, pas de souci, en 48h, c'est fini. Si ce n'est pas beau, plein de pus, il faudra alors poser un drain et là, il faudra 4-5 jours.

 

Comme vous pouvez vous en douter, le chirurgien trouva bien un appendice gonflé. Explosé devrait-on d'ailleurs dire. Il fit le grand ménage et posa un drain pour aider le ventre de Miss Korrigane à se vider de ses sérosités. Nous avons frôlé la péritonite.

Voir les commentaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog